Echanges sur le Foncier entre la Turquie et la France

Une mission d’expertise conjointe MAAF/FNSAFER s’est rendue à Ankara en septembre dernier pour déterminer les besoins techniques du MinAgri turc dans le domaine foncier. Lors des échanges, il est apparu que les attentes sont avant tout concrètes et techniques. Elles concernent essentiellement le domaine de la restructuration foncière et l’aménagement foncier.

Aujourd’hui, la Turquie doit engager rapidement une restructuration de ses exploitations agricoles, trop petites et trop morcelées, si elle veut développer ses productions pour mieux répondre à la demande alimentaire de sa population.

Elle privilégie logiquement les secteurs géographiques où les potentiels de productions sont les plus élevés (zones irrigables par exemple).

Les autorités turques ont été particulièrement intéressées par :

–           La procédure de remembrement qu’elles utilisent déjà.

–           Les SAFER, la Turquie réfléchissant actuellement à la création d’une agence foncière du même type. A l’égard des SAFER, la curiosité des turcs porte principalement sur leur rôle et leur contribution en matière de restructuration parcellaire, ainsi que les compensations foncières qu’elles peuvent apporter lors de la réalisation de grands ouvrages.

–           La transparence du marché foncier : l’absence de transparence des transactions immobilières gênent considérablement les acteurs publics turcs dans la détermination des prix de vente.

Une  visite de la délégation turque en France a été organisée en retour en Novembre dernier autour de ces trois thèmes en veillant à présenter une approche très opérationnelle, organisée par la FNSAFER et la SAFER Ile de France.