Des experts français pour accompagner le reconnaissance d’indications géographiques viticoles en Arménie

L’Arménie est le berceau de la production de vin : les plus anciennes traces de vinification qui y ont été trouvées remontent à plus de 6100 ans ! Cette tradition viticole a cependant été mise largement de côté à l’époque soviétique, où la production a été totalement dirigée vers la fabrication de brandy. Seuls quelques fermiers continuaient à produire leur vin, artisanalement et pour leur consommation personnelle.

Aujourd’hui, on assiste à un renouveau de cette filière, avec de nouveaux acteurs jeunes et motivés prêts à s’investir pour la valorisation des vignobles arméniens. Et l’Arménie dispose de nombreux atouts pour cela, en premier lieu un terroir exceptionnel et des cépages uniques au monde (Areni, Voskehat…)

Trois experts : un ingénieur de l’INAO, un viticulteur alsacien et le conseiller aux affaires agricoles de l’ambassade, accompagnés de deux collègues d’ADECIA et du Ministère, se sont rendus en Arménie à l’invitation de la Fondation de la vigne et du vin d’Arménie, pour participer à un séminaire de présentation et d’échange sur la démarche de reconnaissance des indications géographiques.

Il s’agissait d’évaluer avec les partenaires arméniens – producteurs et administration – les possibilités de s’engager dans un processus de reconnaissance d’AOC ou d’IGP viticoles. Avec l’objectif de permettre une meilleure identification des vins arméniens sur le marché national et à l’exportation, tout en redynamisant une filière agricole, source de développement local et valorisant le riche patrimoine culturel et historique du pays.

Les échanges ont été très fructueux et prometteur. Ils ont permis aux experts français de poser un premier diagnostic sur le potentiel de coopération bilatéral. La prochaine étape consistera à construire un programme d’échange, pour aboutir à la reconnaissance de la première AOC ou IGP viticole arménienne.